google-data-studo-logo

Démarrer avec Google Data Studio

Temps de lecture : 7 min

Si vous vous lancez dans l’analyse de donnée et que je vous recherche un outil de visualisation, je vous conseille de démarrer avec Google Data Studio. Il existe pléthore d’outils, mais l’avantage de débuter avec Google Data Studio est qu’il est gratuit et facile à prendre en main.

Pas besoin d’être un expert de la data pour naviguer sur Google Data Studio. Dès la création d’un compte, Google Data Studio vous propose d’utiliser des modèles déjà créés si vous ne souhaitez pas vous lancer dans la création des vôtres. Les modèles existants peuvent suffire à vos besoins, en particulier si vous désirez seulement suivre les données de votre site personnel ou de votre chaîne YouTube. Rendez-vous dans la partie « Explorer », choisissez un modèle enregistré et ajoutez-le à votre propre rapport en cliquant sur « Créer un rapport et le partager» à droite.

Si les modèles enregistrés ne vous suffisent pas, vous pouvez alors créer le vôtre en cliquant sur « Créez un rapport ».

home-google-data-studio

Création de vos rapports

Quelques questions à vous poser avant de démarrer

Avant de vous lancer sur l’outil et naviguer un peu partout pour créer vos rapports, il y a trois étapes préliminaires que je vous conseille de passer :

  1. Posez-vous les bonnes questions : quel est le but de chaque rapport créé ? À quelles questions vont répondre vos rapports ? Quelles sont les sources de données que vous souhaitez agréger ? Quelles données seront mises en avant ? Voulez-vous un rapport flexible et filtrable ou un rapport figé ? Vos rapports doivent raconter une histoire et convaincre.
  2. Prenez une feuille de papier et dessinez grossièrement le résultat que vous visez. Cela permet de poser vos idées et la structure des rapports.
  3. Quels graphiques allez-vous utiliser pour quelles données ? En effet, vous ne pouvez pas utiliser n’importe quel modèle de graphique. Les graphiques à lignes illustrent des tendances alors que les diagrammes circulaires (camembert) comparent des parts. Voici ci-dessous une illustration pour vous aider dans le choix de vos graphiques :

chart-suggestions

Les sources de données

Pour créer vos graphiques, vous devez d’abord choisir la source de vos données, Google Data Studio vous offre plusieurs choix :

  • Des données provenant de connecteurs Google : Google Ads, YouTube, Google Analytics, Big Query, Search Console…
  • Des données provenant de connecteurs partenaires : Adobe Analytics, AdRoll, Facebook Ads, Hubspot…
  • Ou d’importer vos propres données via des fichiers CSV ou votre base de données SQL.

Après avoir paramétré la source de données choisie, Google Data Studio affiche la liste des dimensions et statistiques disponibles. C’est un véritable gain de temps et elles sont facilement identifiables : les dimensions sont en vert et les statistiques en bleu. Pour rappel, voici les définitions de Google pour ces deux termes :

  • Les dimensions correspondent aux attributs de vos données. Par exemple, la dimension Ville indique la ville d’où provient une session : « Paris », « New York », d’où provient une session. La dimension Page indique l’URL d’une page consultée.
  • Les statistiques sont des mesures quantitatives. La statistique Sessions correspond au nombre total de sessions. La statistique Pages/Session correspond au nombre moyen de pages vues par session.

Sachez que vous pouvez cumuler plusieurs sources de données dans le même rapport, de même que renommer certains champs de données ou les fusionner.

Personnalisation de vos rapports

Pour rendre vos rapports plus professionnels et attractifs, personnalisez la palette de couleur avec celle de votre entreprise, insérer votre logo, changer l’orientation et la taille de chaque page.

Vous pouvez aussi personnaliser vos filtres de données autant pour les rendre plus visibles, que pour décider s’ils affecteront une seule page, un seul graphique, ou tout votre rapport.

Je vous conseille aussi de bien organiser les nommages. Cliquez seulement sur un champ de données, puis le petit crayon pour le renommer.

Une autre personnalisation possible et très utile de Google Data Studio est l’ajout d’annotations. Il existe deux méthodes :

  • La première solution est d’importer un fichier Google Sheets de commentaires avec leurs dates comme l’importation d’une source de donnée.
  • Vous pouvez également utiliser la nouvelle fonctionnalité que Google Data Studio vient de sortir ce mois-ci. Plus d’informations sur cet article en anglais. Je n’ai pas encore eu l’occasion de la tester.

Vidéo récapitulative :

Utilisation des couleurs

Comme mentionné plus tôt, personnalisez vos graphiques avec les couleurs de votre entreprise. Enregistrez votre palette de couleur au début de la création de votre rapport. Si vous ne possédez pas de couleur imposées, voici quelques règles de bon sens à suivre :

  • N’abusez pas des couleurs. Ne transformez pas vos rapports en arc-en-ciel.
  • Choisissez vos couleurs en gardant en tête que vos collègues peuvent être daltoniens ou imprimer en noir et blanc. Choisissez des couleurs avec de forts contrastes.
  • Utilisez le même code couleur tout au long de vos rapports. Chaque couleur doit avoir une signification.
  • Utilisez des contrastes forts ou des couleurs différentes pour mettre l’accent sur une donnée spécifique.

Sur Google Data Studio, vous pouvez aussi attribuer des couleurs par défaut à vos statistiques ou vos dimensions. Pour les statistiques, les couleurs changeront selon l’ordre croissant ou décroissant que vous choisissez. Pour les dimensions, chaque dimension aura sa propre couleur. Par exemple, les données Desktop peuvent être toujours bleues et les données mobiles toujours jaunes.

Enfin, sur Google Data Studio, comme sur un fichier Excel ou Google Sheets, vous pouvez coloriser vos données avec des mises en forme conditionnelles.

Dates

Lorsque vous importez vos données, soyez prudent sur le formatage de vos dates. Google Data Studio impose que vos dates importées soient au format YYYYMMDD (année, mois, jours). Vous pourrez bien sûr afficher vos dates dans un autre format, comme le format européen « jour-mois-année ». Toutefois, lors de l’importation, les données sources doivent respecter le format YYYYMMDD.

Si vous n’avez pas importé vos dates correctement depuis votre source de données et que vous avez des connaissances en expressions régulières (REGEX), vous pouvez corriger le format avec des formules REGEXP_EXTRACT et CONCAT.

Enfin, sachez que vous pouvez ajouter des contrôles spécifiques à vos dates. Vous pouvez décider que les dates sélectionnées affectent qu’un seul graphique, ou bien tout votre rapport, comme montré dans la vidéo ci-dessous.

Filtres, contrôles et segments

Par ailleurs, on peut filtrer ces données à plusieurs niveaux :

  • au niveau du rapport en entier
  • au niveau seulement d’une page
  • avec un filtre de contrôle
  • au niveau d’un graphique
  • et dans le cas de données venant de Google Analytics, on peut importer ses segments

Les propriétés de filtrage sont choisies par l’administrateur ou l’éditeur du rapport. Les lecteurs ne peuvent pas modifier les filtres. Lorsque vous créez des filtres, vous pouvez en créer un seul, puis l’appliquer sur autant de graphiques que vous le souhaitez dans votre rapport— Mais ils ne pourront pas être partagés sur d’autres rapports. Et, attention : si vous modifiez la structure d’un filtre, il sera modifié dans tous les graphiques, où il a précédemment été appliqué.

Pour créer un segment Google Analytics, vous devez l’avoir d’abord créé sur Google Analytics pour pouvoir ensuite l’importer sur Google Data Studio. Vous pouvez choisir de synchroniser automatiquement vos segments. Au cas où vous n’activeriez pas la synchronisation, votre segment sur Google Data Studio demeurera identique à la version originelle que vous avez importée. Au contraire, si vous choisissez de le synchroniser, toute modification de votre segment sur Google Analytics sera importée automatiquement sur Google Data Studio.

Champs calculés

Il est possible de générer un nouveau champ de données établi sur le calcul de données existantes. Par exemple, calculez votre taux de conversion en divisant le champ « nombre de conversions réalisées » par le champ « nombre de sessions ».

De plus, vous pouvez créer des champs calculés avec des calculs classiques, comme des additions, des soustractions, divisions… Mais également avec des fonctions et des expressions régulières (REGEX).

Si vous créez un champ calculé depuis votre source de données, vous pourrez le réutiliser dans plusieurs graphiques. Il sera toutefois nécessaire de disposer des droits d’accès en écriture sur la source de données

Au cas où vous créeriez ce champ dans un graphique spécifique, vous n’avez pas besoin d’un accès éditeur, mais vous devrez recréer ce champ pour toutes vos utilisations futures. Et, vous, ne pourrez pas faire référence à ce champ calculé ailleurs que dans son graphique.

Vous pouvez aussi créer des dimensions calculées. Cela vous permet de mieux organiser vos données et de grouper des valeurs. Pour calculer vos dimensions, vous utilisez potentiellement des fonctions telles que CONCAT, CONTAINS_TEXT, ENDS_WITH, REGEXP_EXTRACT, CASE… Exemple : CASE WHEN Country IN (« USA », »Canada », »Mexico ») THEN « North America » WHEN Country IN (« England », « France ») THEN « Europe » ELSE « Other » END

ou grâce à un regex pour retirer les « www » d’une url: REGEXP_REPLACE(Page, »www. », » « ). Voici la liste des fonctions que vous pouvez utiliser sur Google Data Studio.

Combiner des données

Sur Google Data Studio, vous pouvez combiner des sources de données pour créer un graphique avec ces sources combinées. Jusqu’à cinq sources différentes dans un même graphique. Vous pouvez, par exemple, combiner des sources de Google Analytics et Facebook Ads, ou Google AdWords ainsi que YouTube.

Google Data Studio fonctionne en LEFT JOIN : les sources de données à gauche sont prévalentes sur celles situées à droite lors de la sélection des données à associer. Pour combiner des sources de données, vous devez sélectionner une clé de jointure présente dans les deux sources. Elle peut avoir un nom différent dans chaque source tant qu’elle contient les mêmes données. Par exemple, vous pouvez utiliser deux champs nommés « Ville » dans une source de données et « Location » dans une autre, à condition que les deux champs contiennent des entrées similaires. Si Google Data Studio ne trouve pas la même clé entre la source de droite puis celle de gauche, Google Data Studio indiquera des champs manquants.

Partages et accès

Les fonctionnalités de partage et d’accès sont semblables aux autres outils Google  (Google Sheets, etc). Vous pouvez inviter toutes les personnes ayant un compte Google à consulter ou éditer vos rapports. De plus, vous pouvez en outre effectuer les actions suivantes :

  • partagez vos rapports via un lien
  • planifiez l’envoi d’un rapport par email
  • intégrez vos rapports dans un Google Site
  • intégrez vos rapports à tout autre site par le biais d’un cadre iFrame

Je publierai progressivement d’autres articles plus approfondis qui, je l’espère, vous seront utiles dans votre pratique de Google Data Studio.



Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les sujets de ce blog
Recevoir ma newsletter mensuelle